lundi 9 mai 2011

En visite chez Marie-Antoinette




Bonjour,

Édifié entre 1762 et 1768, le Petit Trianon est un chef d'œuvre néoclassique français. 
Bâtiment carré de 23 mètres de côté, le pavillon est construit sur une déclivité lui 
donnant une façade à trois niveaux du côté de la cour d'honneur et à deux 
niveaux du côté du jardin français.


Après un an de fermeture pour restauration, le Petit Trianon et 
le Pavillon Français ouvrent à nouveau leurs portes et proposent au public 
de nouvelles salles à visiter. Construit sous le règne de Louis XV, 
c'est sous Louis XVI que le Petit Trianon sera le plus prisé, 
Marie-Antoinette en ayant fait son refuge, à l'image de ses 
goût personnels et de sa fantaisie. 


Le rez-de-chaussée du Petit Trianon était avant cette restauration dédié
 aux fonctions d'accueil et de service du public (billetterie, vestiaires...).
 La salle des gardes à l'entrée, où se tenaient les gardes du corps, 
ainsi que la salle de billard ou la fruiterie, sont désormais accessibles, 
élargissant la visite de nombreuses pièces très intéressantes.
 Le billard Louis XV, exposé jusque-là dans les "Petits Appartements du roi" 
à Versailles, a été ainsi replacé dans son lieu d'origine tandis que sur la cheminée,
 au fond, trône un buste de Marie-Antoinette réalisé par Louis Simon Boizot en 1781.


Cette pièce n'était pas destinée à cuisiner mais à réchauffer les plats. 
Ces derniers étaient acheminés depuis les cuisines situées dans les communs, 
au-delà de la chapelle attenante au Petit Trianon


La vaisselle du Petit Trianon était conservée dans une pièce spécifique. 
Quelques éléments de grande valeur sont exposés aujourd'hui dont le service 
" à attributs et groseilles" commandé par Louis XV en 1763 dont on peut voir 
un exemple de tasse ci-dessus.


Le hall central, situé au rez-de-chaussée du château et donnant sur la cour d'honneur, comprend l'escalier principal réalisé en fer forgé doré. On peut y voir entrelacées les initiales "M" et "A" de Marie-Antoinette. Il arborait auparavant celles de Louis XV.


Voici, le célèbre portrait de la reine appelé "Marie-Antoinette à la rose" et réalisé par Louis-Elisabeth Vigée-Le Brun.


La grand salle à manger devait être équipée d'un système permettant de monter directement depuis le rez-de-chaussée les tables dressées pour le repas. Ceci avait pour but de renforcer l'intimité et d'éviter le passage du personnel de service pendant les repas. Jugé trop coûteux, ce mécanisme n'a finalement pas abouti.


Pièce principale de l'étage, le salon de compagnie précède la chambre de la reine. Dédiée au divertissement et à la musique, cette salle était un refuge pour Marie-Antoinette qui cherchait une simplicité et une intimité impossible à trouver au château de Versailles. La lanterne couverte créée par Pierre-Philippe Thomire vers 1785, a bénéficié d'une restauration. 


Le plafond de la chambre de la reine est fortement abaissé par rapport aux autres pièces de l'étage de pour créer le niveau supérieur de l'entresol. Le mobilier aux motifs champêtres (épis de blés, d'osier tressé, de fleurs...) dessiné par Georges Jacob répond au thème central du Petit Trianon : l'ode à la nature. Le mobilier complémentaire en acajou signé par l'ébéniste Schwerdfeger a disparu.


Le cabinet de toilette, Il comprend une garde robe à chaise et une salle de bain. 


Marie-Antoinette a fait construire ce boudoir particulier dans une pièce attenante à sa chambre, à l'emplacement de l'escalier qui menait aux appartements privés de Louis XV. Toutes les fenêtres pouvaient être obturées par des miroirs au moyen d'un système mécanique.



Juste en-dessous du boudoir de la reine, on peut désormais observer le fonctionnement du  mécanisme qui permettait de monter ou descendre les boiseries équipées de miroirs destinés à occulter les fenêtres. Ce système de poulies a été conçu par J. T. Mercklein en 1776.


Jeanne-Louise-Henriette Campan, première dame de chambre en 1786, et tout le service de la reine, logent au-dessus de ses appartements, à l'entresol. Toutes ces pièces étaient jusqu'à présent fermées au public et ont fait l'objet d'une restauration particulière. L'état de référence des travaux se place comme pour les étages précédents en 1789, tel que le couple royal l'avait laissé avant la Révolution.


La chambre de la dame d'honneur, elle  accompagnait la reine à chaque déplacement. Cette fonction importante a d'abord été remplie par la comtesse de Noailles (1770), puis la princesse de Lamballe et la comtesse de Polignac (1780). La teinture murale, restaurée, est la reproduction d'une "indienne", toile imprimée de la fin du XVIIIe siècle.


La bibliothèque de la reine a été construite selon les désirs de la Reine à l'emplacement du cabinet d'angle de Louis XV. Les armoires grillagées qui avaient disparu ont été reconstruites en 2008 selon les plans de l'architecte Mique datés de 1780.


On peut voir également à l'entresol, la salle de bain du duc d'Orléans et son épouse, restaurée dans son état d'origine. De style anglais, mitoyenne avec une garde-robe, elle fut créée par l'architecte Nepveu à la demande du roi Louis-Philippe en 1837.


Remeublée en l'état Louis XV, la chambre du roi est recouverte d'une teinture rouge en lampas cramoisi de Lyon, "à musique chinoise" évoquant le motif original.


Le cabinet  d'angle est la seule pièce aménagée pour Louis XVI en 1777, ce dernier ayant conservé le mobilier de son aïeul pour le reste de l'appartement. Elle se situe à l'emplacement de l'ancien escalier privé de Louis XV. Le bureau a été réalisé par l'ébéniste Riesener.



Le petit salon de madame Elisabeth, cette pièce évoque madame Elisabeth, sœur de Louis XVI installée au Petit Trianon en 1782.  Elle jouit d'une vue pittoresque sur le jardin anglais et le Belvédère. Elle fut occupée par la suite par les gardes du corps royaux.


Cette chambre a appartenu à l'impératrice Marie-Louise et à la duchesse d'Orléans. Le lit,  beaucoup plus large que ceux de l'époque Louis XVI, a été réalisé par l'ébéniste Lemarchand. Les sièges ont été recouverts d'une cannetille de soie bleu orné d'une bordure "bleue, jaune, bois", à l'image de la tapisserie murale restituée en 2008.


Au centre de l'étage, plusieurs petits cabinets de toilette donnant sur les couloirs sont visibles par des fenêtres. Y ont été restitués : une barbière, des bidets, des porcelaines...


La salle de l'impératrice Eugénie, L'épouse de Napoléon III fut la première à tenter de réhabiliter la mémoire de Marie-Antoinette pour laquelle elle avait une grande admiration. Elle organisa une exposition dans cette pièce regroupant différents objets ayant appartenu à la reine à l'occasion de l'Exposition universelle de Paris en 1867. 




J'espère que vous avez bien aimé la visite et à bientôt

Jérôme
xx






12 commentaires:

  1. Thank you, absolutely loved the visit! The Petit Trianon is on my wish list.

    RépondreSupprimer
  2. Oh Thank you Joerome! This is stunning! I absolutely adore the kitchen! I love this unlucky queen! the decor is sublime.

    Hugs,

    RépondreSupprimer
  3. How lovely. Thank you for this pictorial tour. Reggie

    RépondreSupprimer
  4. Jérôme,
    J'ai bien aimé la visite du Petit Trianon! C'est une édifice que j'aime fort!! Très neo classique, mon style préféré.
    J'ai toujours aimer la cuisine et les magnifiques lambris dans ce château!!
    Un très beau article!!
    Greet

    RépondreSupprimer
  5. Thanks for coming by my blog, My Old Historic House and thanks for following. I am your newest Follower. LOVE MA and all things French. Richard

    RépondreSupprimer
  6. Jerome I really enjoyed the tour of Le Petit Trianon. It's a dream come true to a Francophile like me! Just lovely! I'm your newest follower. Vanna

    RépondreSupprimer
  7. Merci beaucoup Jerome, for taking us on this beautiful and interesting visit "Chez Marie Antoinette"! Absolutely joyful!
    I love the room 'pour réchauffer les plats', Georges Jacob is my favorite ebenist for Fauteuils and all kind of seatings. And the whole history about Petit Trianon - so interesting!
    Great post!

    Greetings from the Périgord,
    Karin

    RépondreSupprimer
  8. Jérôme,
    thanks for your sweet comments, they made ​​me so happy:).

    What a beautiful setting and lovely furniture, just in my style. The staircase and the doors are really wonderful, wish I could afford something like that in our new house.

    Have a small request to you and that is to add "google translate" to your blog. I am unfortunately not so good at French, which means that I only can enjoy your pictures (which of course is nice), but it would be even nicer if I understood your texts :)

    Take care
    Hugs Maria

    RépondreSupprimer
  9. Comment J'adore le Petit Trianon! Il a une merveilleuse sensation intime après la grandeur de Versailles. Je comprends pourquoi Marie-Antoinette a préféré le petit pavillon.

    RépondreSupprimer
  10. Great post....I loved the grand tour!

    RépondreSupprimer
  11. Marie Antoinette's Petit Trianon is one of my favorite places on earth. I have been there many times! Thanks for showing rooms that a visitor would not normally see.

    RépondreSupprimer
  12. I don't leave a ton of remarks, however i did some searching and wound up here "En visite chez Marie-Antoinette". And I actually do have a couple of questions for you if it's allright.
    Is it just me or does it seem like a few of these comments look as if they are coming from brain dead folks?
    :-P And, if you are writing at additional social sites, I would like to keep
    up with everything new you have to post. Would you
    list of every one of your community sites like your twitter feed, Facebook page or linkedin profile?


    my homepage :: NFL wholesale Jerseys :: ::

    RépondreSupprimer